24 heures d’écriture – lettre de motivation

Le lyrisme suinte de la réalité. Mais quand le jour se lève, que le radio-réveil s’excite et qu’il faut, bon gré mal gré, se lever, généralement de mauvaise humeur, esquiver les objets machiavéliques qui veulent blesser  la plante du pied, se faire un café, rouler une cigarette, s’extirper de ces songes merveilleux où le monde, bigarré de couleurs aveuglantes, nous éblouit et nous enchante, l’envolée mélodique de la phrase lyrique qui nous avait bercés est perdue, alors on ronchonne. Je ronchonne. Je ne veux pas y aller. Je ne veux pas revêtir ce costume de prof, qui me gratte et m’exaspère, qui me serre au cou et m’étouffe.  Je veux prendre mon temps. Laisser les mots faire leur bonhomme de chemin à travers les sinuosités de mon imagination, redonner vie à Noël, Simone, Luz et les autres. Qu’ils puissent vivre eux… que leurs aventures ne s’arrêtent pas… qu’ils goûtent à l’existence dans toute sa beauté, dans toute sa liberté.  Une Liberté que je ne connais pas.

Je m’appelle Jérôme Apolda, j’ai trente-trois ans et je n’ai pas le temps. Il y a la vaisselle à laver, les poubelles à sortir, les vêtements à repasser, des examens à corriger, pléthore de futilités quotidiennes qui ne cessent de se répéter continuellement en boucle. La page dite blanche ne m’a jamais paralysé, au contraire elle m’émeut. Elle est le commencement. C’est ne pas me retrouver devant elle qui m’angoisse et bouleverse mon corps jusqu’à la douleur. Donnez-moi vingt-quatre heures avec elle. Vingt-quatre heures pour l’aimer.

Donne moi votre avis! SVP

Written by Jeronimo

This is nothing more than the witty rumblings of a Fairy (Capital F) who tells it like it is...Erm, thinks it is... or well, just dreams it. After escaping the evil grip of abismal Moscow (where the saga started - see the GULAg episodes), our Fairy found himself in the...
Read more

Leave a Reply